blessures faites à la boxe

Boxe et blessures – Comment les éviter ? (femmes & hommes)

La boxe est un sport de combat de haute intensité et de plein-contact dans lequel les compétiteurs sont fréquemment blessés. Celles-ci ont le plus de chances de se produire pendant l’entraînement et rendent les tâches quotidiennes plus difficiles.

Par conséquent, il est essentiel que vous preniez les précautions nécessaires pour éviter autant que possible les blessures.

TYPES DE BLESSURES EN BOXE

Vous devez d’abord comprendre les blessures les plus courantes en boxe avant d’apprendre à les éviter. Cela vous aidera à prendre des mesures supplémentaires.

Coupures ou lacérations : Elles surviennent plus souvent pendant les combats professionnels que pendant l’entraînement ou le sparring, mais elles se produisent quand même. Les coupures sont traitées pendant un combat en lavant la plaie et en ajoutant de la vaseline pour arrêter le saignement.

Saignements de nez : De petites lacérations à l’intérieur du nez provoquent ces saignements, qui sont l’une des blessures de boxe les plus courantes.

  • Ecchymoses : Lorsque les boxeurs reçoivent un coup à fort impact, ils ont souvent des bleus. Les bleus se développent lorsque les vaisseaux sanguins sous la peau sont blessés, comme dans le cas d’un « œil au beurre noir ». Les coups au corps peuvent facilement provoquer des bleus sur les tissus mous de la cage thoracique. L’utilisation d’une compresse froide sur les bleus peut aider à minimiser l’enflure et la douleur.
  • Fractures : Les fractures sont fréquentes chez les boxeurs, notamment au niveau du nez, du poignet, de la main, des mâchoires et des côtes. La fracture du boxeur fait référence aux fractures des os métacarpiens, qui sont particulièrement fréquentes chez les boxeurs. Les fractures nécessitent un traitement à la fois urgent et à long terme.
  • Commotion cérébrale : Un coup violent à la tête peut entraîner, entre autres, une perte de conscience, des vomissements, une désorientation, une perte de mémoire à court terme, des vertiges et des maux de tête. Lorsque vous subissez une commotion cérébrale, vous devez consulter immédiatement un neurologue.
  • Luxation de l’épaule : L’os humoral du bras peut se détacher de l’omoplate ou de la scapula à la suite d’un traumatisme important du corps ou d’un mouvement inapproprié de la main. Une luxation de l’épaule est le terme médical pour cela. Elle est atrocement douloureuse et nécessite une hospitalisation immédiate.
  • Entorses : Les entorses musculaires et ligamentaires peuvent survenir pendant les combats et les entraînements en raison des mouvements rapides fréquents. Les entorses musculaires au dos, aux épaules, aux bras, aux genoux et aux chevilles sont plus fréquentes chez les boxeurs.

 

LA PRÉVENTION DES BLESSURES EN DIX POINTS

 

  1. PORTEZ LA PROTECTION APPROPRIÉE.

Enfilez toujours l’équipement de protection approprié lorsque vous vous entraînez. Même s’il ne s’agit que d’un sparring léger, car les blessures comme les coupures dans la bouche sont faciles à supporter. Voici quelques considérations de sécurité à prendre en compte lorsque vous utilisez un équipement de protection.

Protège-tête : Vérifiez que votre casque est correctement rembourré, confortable, respirant et facile à voir.

Gants de boxe pour le sparring : Si vous et votre partenaire pesez moins de 147 livres, vos gants doivent peser au moins 14 onces. Si vous pesez plus lourd, il est recommandé de porter des gants d’un poids minimum de 16 onces. Les gants de sparring sont plus amortis que les gants d’entraînement, alors assurez-vous d’avoir la bonne paire.

Gants de boxe pour l’entraînement : Pour le travail sur sac lourd et d’autres formes de travail sur sac, vous souhaiterez peut-être acquérir une deuxième paire de gants. Des gants plus grands sont recommandés parce que vous frapperez les sacs durement et fréquemment, ce qui nécessite une protection supplémentaire.

Protection de l’aine : Procurez-vous un protège-épine plus grand, avec un rembourrage supplémentaire et confortable pour des raisons évidentes.

Protège-dents : Il s’agit d’un élément absolument indispensable pour le sparring. Vous ne devriez jamais monter sur le ring sans un protège-dents adapté à vos besoins. Les modèles bon marché ont peu de chances de vous fournir le moule correct, alors choisissez-en un dont la réputation et le nom sont solides. Il est acceptable de n’avoir que le haut, mais vous pouvez aussi avoir le haut et le bas si vous le souhaitez.

Couvre-mains : Elles sont également essentielles, que vous fassiez du sparring ou du travail sur sac. Assurez-vous qu’elles mesurent 180 pouces de long afin qu’elles puissent s’enrouler autour de vos mains et fournir une protection adéquate. Vous devriez choisir un modèle semi-élastique si possible.

 

  1. ASSUREZ-VOUS QUE VOS MAINS SONT CORRECTEMENT ENVELOPPÉES.

Enveloppez toujours vos mains de la manière appropriée. Il existe de nombreuses vidéos sur Internet qui montrent différentes stratégies pour envelopper vos mains de manière appropriée. Quelle que soit la méthode que vous utilisez, assurez-vous que vos articulations et vos poignets sont correctement protégés.

Commencez toujours l’enveloppement avec la main complètement étendue, de sorte qu’en créant un poing, elle se resserre, mais ne l’enveloppez pas trop serré, car cela peut réduire la circulation sanguine et être très inconfortable.

Le fait d’envelopper vos doigts entre eux vous apportera un soutien solide et contribuera à prévenir les blessures à la main.

 

  1. FAITES RÉGULIÈREMENT DES EXERCICES D’ÉTIREMENT

Les tensions et lésions musculaires sont fréquentes chez les boxeurs. Les muscles et les ligaments s’allongent grâce à des exercices d’étirement réguliers, et votre amplitude de mouvement s’élargit. Les entorses et les foulures musculaires sont ainsi moins probables.

Les exercices d’étirement de certains muscles, comme les ischio-jambiers, les quadriceps et les muscles de l’épaule, sont à privilégier. De plus, avant le combat, n’oubliez pas de faire vos exercices d’échauffement, que votre professeur devrait rendre obligatoires.

Les bandes de résistance sont un excellent moyen d’étirer, d’assouplir et de renforcer vos muscles.

 

  1. UTILISEZ DES CRÈMES HYDRATANTES POUR ÉVITER LES SAIGNEMENTS DE NEZ

Les coupures et les lacérations sont plus probables lorsque la peau à l’intérieur du nez est sèche et fragile. L’inhalation de vapeur, les gouttes nasales d’eau saline et les vaporisateurs nasaux hydratants naturels comme les vaporisateurs nasaux à l’aloès sont tous de bons moyens de revitaliser la peau à l’intérieur du nez. Vous pouvez réduire le risque de saignements de nez en hydratant la peau à l’intérieur de votre nez avant de vous entraîner.

 

  1. APPRENEZ LES BONNES TECHNIQUES DE FRAPPE

Vos mains sont les instruments les plus précieux de votre arsenal, mais elles sont aussi les plus vulnérables aux blessures. Apprenez à donner un coup de poing correctement pour protéger vos poignets et vos doigts. Lorsque vous donnez un coup de poing, veillez à tourner votre poing de manière à ce que votre poignet soit correctement aligné.

De même, lorsque vous frappez, veillez à ce que la jointure de votre majeur soit la première à entrer en contact. Les combattants se blessent régulièrement aux pouces en raison de la façon dont ils donnent leurs coups de poing, ce qui entraîne fréquemment des fractures et des os brisés.

 

  1. APPLIQUEZ DE LA VASELINE SUR LES SITES D’IMPACT

Appliquez une petite couche de vaseline sur la zone de votre visage qui est fréquemment la cible des coups de poing. Cela rendra la peau lisse, souple et élastique, réduisant ainsi la probabilité de blessures et d’ecchymoses liées aux coups de poing.

C’est très pratique si vous participez à un match professionnel où le port du casque n’est pas autorisé, mais on sait aussi que cela peut se produire à l’entraînement.

 

  1. AMÉLIOREZ VOTRE CONDITION PHYSIQUE

Se défendre des coups est essentiel pour minimiser les blessures. Vous devez avoir une excellente résistance et une bonne endurance pour pouvoir supporter des entraînements intenses.

Si vous avez un haut niveau de condition physique, vous serez en mesure d’aborder les combats l’esprit clair et de vous défendre en conservant un jeu de jambes rapide et des réflexes agiles. Si vous êtes fatigué, il est difficile de vous déplacer, mais n’oubliez pas de rester sur vos gardes à tout moment.

 

  1. SUIVEZ UN RÉGIME ALIMENTAIRE EFFICACE

Tous les athlètes ont besoin d’une alimentation équilibrée pour favoriser la guérison et l’entretien de leur corps. Le calcium, les protéines et la vitamine D doivent tous être inclus dans votre alimentation quotidienne ; un apport régulier en calcium renforcera vos os. Cela contribuera à réduire le risque de fractures et à accélérer la guérison des os fracturés.

Il est également essentiel de rester hydraté à tout moment en buvant suffisamment d’eau. Les boxeurs doivent boire des boissons sportives entre les combats et pendant l’entraînement pour remplacer les électrolytes et l’eau perdus par la transpiration.

Si vous ne le faites pas, votre corps se déshydratera et vous vous sentirez fatigué, ce qui augmentera le risque de blessures à la tête, notamment de commotions cérébrales.

 

  1. CONSULTEZ UN MÉDECIN EN CAS DE DOULEUR

Trop souvent, les combattants ignorent la douleur jusqu’à ce qu’elle devienne insupportable, alors qu’elle aurait pu être évitée simplement en contactant un médecin.

Si vous ne pouvez pas consulter un médecin pour une raison quelconque, effectuez vos propres recherches sur Internet car il est fort probable que quelqu’un d’autre ait souffert du même malaise que vous. Ces personnes peuvent vous fournir des recommandations sur la manière d’améliorer ou même de guérir votre malaise.

 

  1. LAISSEZ VOTRE CORPS SE REPOSER

C’est bien de s’entraîner dur et de repousser ses limites, mais si vous ressentez de fortes douleurs en le faisant, arrêtez-vous et cherchez ce qui ne va pas.

Si vous ne faites pas attention, il pourrait s’agir d’une blessure grave ou en entraîner une. Laissez le temps de guérir avant de reprendre votre entraînement.

Vous ressentirez normalement les courbatures le lendemain matin si vous vous surmenez. C’est une bonne indication car cela signifie que vous avez travaillé dur, mais si vous devez effectuer un quelconque type d’exercice (si vous le pouvez), allez-y doucement et vos muscles récupéreront beaucoup plus rapidement.

 

AFFINEZ VOS COMPÉTENCES DÉFENSIVES

La meilleure méthode pour éviter de se blesser lors d’un combat ou d’une compétition est d’être suffisamment familier avec son jeu pour éviter d’être frappé trop fort. Passez beaucoup de temps à travailler vos compétences défensives et à développer de bonnes habitudes afin que glisser, parer, bloquer et esquiver les coups de poing deviennent une seconde nature pour vous.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page